Proprio.immo
opportunités immobilières co-vid

Les opportunités immobilières liées au co-vid

La crise sanitaire a fortement impacté le marché de l’immobilier. En effet, durant le 1er confinement, le nombre de promesses de vente a fortement chuté de 75%. Toutefois, nous avons remarqué une forte reprise avec une augmentation de 370% dès la mi-mai. De plus, lors du 2ème confinement, les agences immobilières étaient mieux armées face à cette crise, grâce à de nouveaux outils digitaux. Vous souhaitez connaître les occasions à saisir durant la crise sanitaire ? Découvrez notre article entièrement consacré aux opportunités immobilières liées au co-vid.

Le marché résidentiel, une tendance à la hausse

Avec la crise sanitaire, nous pensions que le marché de l’immobilier serait fortement impacté. Pourtant, cette situation inédite, n’a pas influencé la valeur des biens. En effet, d’après MeilleursAgents, l’année 2020 a été prolifique en transactions. Bien loin de la projection annuelle prévue, elle a enregistré une augmentation de 15%, preuve que le co-vid n’a pas eu d’effets néfastes.

Pourtant, les critères des acquéreurs évoluent avec la crise sanitaire. En effet, avec le confinement, les ménages désirent plus d’espaces et un extérieur. Ainsi, Selon SeLoger, les maisons individuelles connaissent une hausse de la demande. Leur valeur a augmenté de 5,2% en un an. Concernant les appartements, les acheteurs souhaitent désormais un balcon ou une terrasse. Ces biens se vendent en moyenne 11,6% plus chers.

Concernant les logements neufs et anciens, on remarque aussi une forte disparité. En effet, le marché du neuf est plus impacté. En cause ? La crise qui a retardé les travaux de construction. Ainsi, l’offre n’arrive pas à suivre la demande. D’après Europe 1, 65 000 logements manquent à l’appel, ce qui est problématique pour ces types de biens.

➔ A lire aussi : 5 raisons d’investir dans une ville moyenne

Quel changement pour l’immobilier professionnel ?

Avec la généralisation du télétravail, de nombreux secteurs ont dû se réinventer. Réputé plus rentable que l’investissement d’habitation, le marché de l’immobilier professionnel a subi des changements majeurs. Principalement à cause de la crise sanitaire, les bureaux, usines et commerces ont été dans l’obligation de fermer. Ainsi, il enregistre le troisième trimestre le plus mauvais de ces 20 dernières années. Toutefois, il ne s’est pas complètement effondré, preuve de sa solidité.

Effectivement, l’immobilier professionnel est mis à mal durant cette période. D’après SeLoger, on observe dans certaines villes en 2020, une baisse significative du volume des annonces. C’est le cas à Nice (41%), Bordeaux (35%), Toulouse (29%) et même à Paris (34%). À l’inverse, Strasbourg étonne avec une hausse de 29% sur 1 an. Cependant, le marché tient debout grâce à une année 2019 historique. De plus, il a su s’adapter aux mutations pour répondre aux attentes des utilisateurs et des enjeux climatiques.

💡 Un marché immobilier en phase avec les changements
Dans l’ensemble, les acquéreurs ont modifié leurs critères lors de l’achat d’un logement. En effet, nous remarquons que, souvent l’expérience du confinement a eu un effet d’accélération sur certaines tendances.

Les acheteurs souhaitent un logement plus grand, même s’il faut s’éloigner des grandes métropoles. De plus, les espaces extérieurs sont plus plébiscités. Enfin, ils désirent généralement une pièce de bureau en cas de télétravail. Effectivement, les Français ont énormément travaillé à domicile et intègrent désormais un espace de travail dans leurs facteurs d’achats.

Les acquéreurs affinent leurs critères avec la crise

Le secteur reste toujours un critère majeur pour la plupart des acquéreurs, il s’est cependant transformé durant le co-vid. Ainsi, on peut remarquer que les villes moyennes ressortent gagnantes de cette période houleuse. En effet, le nombre de transactions a bondi de 4,5%. Elles ont l’avantage de proposer un coût de la vie moindre par rapport aux grandes métropoles pour de plus grands espaces. Nous pouvons aussi remarquer que Mulhouse est l’une des villes qui a connu la plus grosse hausse avec 16,5% de son prix au m2. Un avantage pour les vendeurs qui voient le prix de leur bien immobilier augmenter dans ces villes !

Au contraire, les grandes villes sont celles qui ont le plus souffert de cette période. Paris est la ville qui est la plus impactée avec une baisse du prix de 2,6% en 1 an. Toutefois, ce n’est pas la seule victime de cette crise sanitaire. En effet, pour les 10 plus grandes métropoles, leurs valeurs se sont stabilisées (-0,1%). Cependant, toutes les villes ne sont pas impactées de la même manière. Par exemple, certaines communes comme Toulouse (+1%), Lyon (+0,8%) ont connu une sensible augmentation. Donc, un résultat bien loin des années précédentes qui ont connu une plus forte hausse.

L’investissement locatif, opportunité avec la crise sanitaire ?

Saviez-vous que le placement le plus attractif pour 8 personnes sur 10 étaient l’investissement locatif ? Évidemment, il a été également impacté par la co-vid. Toutefois, nous pouvons voir qu’il existe de nombreuses opportunités à saisir. En effet, dans certaines villes, le prix de l’immobilier a chuté ou reste stable mais pas le prix du loyer. Vous souhaitez investir durant la crise sanitaire ? Découvrez ci-contre les différentes opportunités immobilières :

  • Ville moyenne en plein essor.
  • Des taux d’intérêts bas.
  • Augmentation du prix des loyers.
  • Un marché résistant à la crise.

Si vous souhaitez effectuer un investissement locatif, c’est le moment parfait concernant les crédits immobiliers. Effectivement, la Banque Centrale Européenne a décidé de prendre des dispositions pour garder des taux bas. Ils sont en moyenne de 1,07% pour le mois de Mai 2021. À titre comparatif, l’an dernier à la même période, ils étaient en moyenne de 1,25%, ce qui était déjà très bas. Ainsi, cela apporte un avantage précieux pour les futurs acquéreurs.

Durant la crise sanitaire, les envies de colocation se sont accentuées. En effet, avec le confinement, les locataires recherchent des opportunités pour tisser des liens sociaux tout en partageant les frais du loyer. De plus, cela apporte une garantie supplémentaire pour le propriétaire. Effectivement, leur bien est plus facilement mis en location et vous pouvez opter pour un bail commun. 

1 commentaire