fbpx
Proprio.immo
Acheter un chalet d'alpage

Chalet d’alpage : un bon investissement ?

Suite au confinement engendré par la crise sanitaire du coronavirus, de nombreux français aspirent aux grands espaces. Dans ce cadre, la montagne est l’une des destinations les plus prisées par ces nouveaux candidats à la vie rurale. Déjà très recherchés, les chalets d’alpage deviennent ainsi encore plus convoités. Cependant, ce type de bien est-il réellement un bon investissement ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans cet article.

Qu’est-ce qu’un chalet d’alpage ?

Avant même d’entrer dans le vif du sujet, revenons sur ce qu’est un chalet d’alpage. À l’origine, ce type de bâtiment était utilisé par les agriculteurs et leurs bétails lors des transhumances de ces derniers vers les pâturages en altitude. La construction classique se constituaient donc la plupart du temps d’une partie écurie pour accueillir les animaux et d’une partie logement pour abriter les personnes.

Vous l’aurez compris, le chalet d’alpage se situe donc dans la montagne, en général à une altitude dépassant 1 200 mètres. De part sa nature agricole, il est important de rappeler que ce genre de bien n’a pas été construit initialement pour de la résidence, contrairement aux chalets des stations de sports d’hiver. Toutefois, sa situation isolée en fait un bon endroit pour profiter du calme.

Concernant la localisation, vous pourrez trouver des chalets d’alpage dans la plupart des régions montagneuses :

  • Les Alpes,
  • les Pyrénées,
  • le massif du Jura,
  • le massif central.

Un lieu idéal pour de la location saisonnière

Outre pour de la résidence secondaire, ce type de logement est également très prisé pour des activités de location saisonnière ou pour une reconversion en gite. En effet, de plus en plus de vacanciers délaissent les plages bondées au profit de lieux isolés, à la recherche d’une reconnexion avec la nature. Or, quelle meilleure place pour cela qu’un chalet d’alpage en plein milieu de la montagne ?

Toutefois, gardez en tête que ce genre de bien fonctionne différemment par rapport à un logement en station. En effet, un studio à Morzine atteint sa pleine saison en hiver, grâce au ski et aux autres activités estivales. Au contraire, un chalet d’alpage connait son pic d’activité en printemps/été, lorsque les beaux-jours sont fréquents et permettent l’organisation de randonnées.

➔ A lire aussi : La location saisonnière et l’imposition

Le chalet d’alpage et la réglementation

Bien qu’isolé dans la nature, le chalet d’alpage est évidemment soumis à une réglementation. En effet la “loi montagne”, impose un cadre bien défini. Ainsi, elle prévoit la délivrance d’un accord par arrêté préfectoral pour tout projet de reconstruction ou restauration d’anciens chalets d’alpage. Ici, la décision est notamment suspendue à l’état de l’habitation. La plupart du temps, la commission départementale exige au minimum l’existence des 4 murs.

Attention, cet arrêté préfectoral est totalement incontournable, mais indépendant des autres autorisations, comme la délivrance d’un permis de construire. Assurez-vous donc que votre projet de reconstruction ou de restauration obtienne cet accord avant de vous engager dans un achat ou des travaux. Pour plus de détails, vous pouvez également consulter la vidéo ci-dessous qui traite de ce sujet.

Concernant la fiscalité, les chalets d’alpage sont soumis aux taxes foncières et d’habitations. La seule exception concerne les biens continuant d’assurer leur usage de base : loger l’agriculteur et son bétail dans le cadre de son activité professionnelle. Dans cette situation, le bâtiment est exonéré de ces impositions de part son usage agricole.

Le confort, un point à ne pas oublier

En tant que bâtiment d’origine agricole, le chalet d’alpage dispose souvent d’un confort très relatif. En effet, la plupart d’entre-eux ne sont pas raccordés aux réseaux d’eau et d’électricité. De même, Internet et le réseau mobile sont souvent des rêves lointains. Évidemment des solutions existent, comme les toilettes sèches, les récupérateurs d’eaux, les panneaux solaires et les téléphones satellites. Cependant, ces dernières représentent un coût certain et nécessitent tout de même un rationnement dans la vie quotidienne par rapport à une situation urbaine classique.

De plus, l’isolement du chalet d’alpage rend aussi son accessibilité plus complexe. En hiver, les accès ne seront pas déneigés et posséder un 4×4 devient alors vital. Les courses deviennent également de véritables voyages, puisque les premiers magasins peuvent se situer à de nombreux kilomètres. Évitez donc d’oublier la farine si vous ne voulez pas être dans le pétrin. Malgré ces concessions, vivre dans ce type de bien reste largement supportable, surtout pour une résidence secondaire ou une location saisonnière.

💡 Adressez-vous à un spécialiste de la montagne
Vous l’aurez compris, acheter ce type de biens peut être un véritable casse-tête. C’est pour cela qu’il peut se révéler très intéressant de contacter un spécialiste du sujet, comme Alpesvente pour profiter de son expérience du chalet d’alpage dans les Alpes.

Ajouter un commentaire